Jeanne-Marie Leprince de Beaumont et son mode d’enseignement pour jeunes filles nobles dans les <i>Magasin des Enfants</i> et <i>Magasin des Adolescentes</i>

  • Kirsten Goossens

Résumé

Les contes de fées moralisateurs de la conteuse et pédagogue Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, destinés aux jeunes filles de la noblesse anglaise, montrent très clairement que, selon elle, la religion n’est pas l’antagoniste de la raison et que, au contraire, les deux sont nécessaires pour former un esprit « parfait ». L’étiquette de la religieuse est-elle incompatible avec celle de la savante? Son cas demeure délicat puisque nous constatons qu’elle prêche d’une part une instruction complète pour les jeunes filles, car elle les juge capables de raisonner tout aussi bien que les hommes, à condition qu’on les instruise dans ce sens, tout en défendant d’autre part l’image de la femme au foyer.

Rubrique
Dossier - IntellectuElles : l'univers du savoir des femmes en littérature