Combattre la monotonie du crime, banaliser la violence : l’assassinat dans <i>Les Nuits du Palais-Royal</i>

  • Nicolas Gauthier

Résumé

Cet article est consacré à la mise en scène de la violence dans Les Nuits du Palais-Royal (1869) de Louis-François Raban (auteur de la première partie publiée en 1845-1846) et de Joseph Décembre et Edmond Alonnier (qui ont poursuivi le roman en 1869). Motif destiné à séduire le lecteur, le portrait de l’assassinat est organisé selon trois principes : recours au sanguinolent, ajout d’un cadre scientifique, commercialisation de la criminalité. L’article vise à montrer comment cette œuvre propose une violence intégrée dans une surenchère qui se veut une provocation parfaitement mesurée destinée à repousser l’intrigue à l’arrière-plan.

Publiée
2017-01-11
Rubrique
Dossier - Le rouge et le noir : le sang et la mort dans le roman d’expression française